Loading site

Écrivons ensemble le livre de votre vie  

Ubiquité Éditions

La presse en parle...

Novembre 2010 - Hong-Kong

Trait d'Union - Décembre 2012 ! 

Le magazine de la communauté francophone installée à Hong-Kong, Macao et en Chine sur Phénomènes Éphémères. 

Une Interview par Catya MARTIN - Trait d'Union N°41

Cliquez sur l'image de l'article, il s'affichera en plein écran.

Blrmag avril 2012 1
Blrmag avril 2012 22

Novembre 2010 - Hong-Kong

BOURG-LA-REINE magazine - avril 2012 !

"Cécile Dupire, une plume à votre service" 

Un article de Stéphane JEAN-THÉODORE

BOURG-LA-REINE magazine N°370

Cliquez sur l'image de l'article, il s'affichera en plein écran.

Trait d Union No 20 cover
Trait d Union No 20 copie

Novembre 2010 - Hong-Kong

Trait d'Union - Novembre 2010 ! 

Le magazine de la communauté francophone installée à Hong-Kong et Macao parlait déjà des livres personnalisés. 

Une Interview par Catya MARTIN - Trait d'Union N°20

Cliquez sur l'image de l'article, il s'affichera en plein écran.

L'article est également disponible en noir sur fond blanc

 

Cécile DUPIRE  - Auteur-Biographe - 06 76 83 28 49 - Siret 538 538 968 00016

Sceaux - Bourg-la-Reine - Antony - Châtenay-Malabry - Cachan - Arcueil - L'Haÿ-les-Roses - Montrouge - Malakoff - Vanves - Clamart - Paris - Verrières 

Daruma presse
Logo definitif bleu

 

Un livre, une histoire, une aventure exceptionnelle

Qui n’a jamais rêvé d’être le héros ou l’héroïne d’un roman à suspens ? C’est aujourd’hui possible grâce à une française, Cécile Dupire, installée à Hong-Kong depuis 2008. Les lecteurs de Trait d’Union auront très rapidement reconnu l’une des rédactrices du magazine, présente depuis sa création, et qui, chaque mois, vous fait découvrir des livres surprenants et vous entraîne également à travers des balades toutes plus surprenantes les unes que les autres. Cécile a décidé de se lancer dans l’écriture de romans pour enfants et a accepté de mettre de côté sa timidité pour se livrer au grill de Trait d’Union. Rencontre.


Propos recueillis par Catya Martin


Trait d'Union : Quel était votre parcours avant l'expatriation ?

Après des études littéraires et scientifiques (khâgne S, Ecole Nationale de la Statistique, DESS de droit), j’ai occupé des postes de management dans le Groupe La Poste puis ai rejoint le groupe Bertlesmann comme consultante senior sur des missions sensibles.

Lorsque mon mari m’a informée en 2006 de l’opportunité qui s’offrait à lui de prendre un poste au Japon, ma première réaction a été un refus : jamais je ne me serais imaginée dépendante financièrement ni dépourvue d’un statut professionnel. Mais l’intérêt de découvrir l’Asie a pesé fortement dans la balance, et une fois sur place, le pays et quelques rencontres déterminantes, notamment avec des Japonaises, ont achevé de me convaincre.

 

Pourquoi "Ubiquité Éditions" ?

Ubiquité édite des romans personnalisés commandés spécialement pour le lecteur et édités en exemplaire unique.

Si tous les livres offrent le don d’ubiquité, ce pouvoir est encore renforcé par la personnalisation. Votre nom, votre famille et votre photo apparaissent dans les pages. Vous êtes à la fois acteur et lecteur, immergé dans un univers inconnu, tous les sens en alerte. J’ai voulu tirer parti de cet état de suggestibilité pour glisser dans chaque intrigue des informations culturelles ou pédagogiques.

 

Pourquoi avoir décidé d'écrire pour les enfants ?

La littérature enfantine a toujours fait partie de mes grands plaisirs depuis que mes deux garçons sont nés. J’admire la capacité des enfants à doter le monde d’une dimension merveilleuse et à se laisser emporter par une histoire.  L’imaginaire, le suspens et la personnalisation sont des supports idéaux pour acquérir des connaissances : l’enfant veut savoir ce qui va lui arriver, qu’il soit dans le monde merveilleux des lettres et des mots, au Japon, ou ailleurs. Il intègre alors plus facilement les informations qui lui sont présentées.

 

Ne craignez-vous pas le regard critique des enseignants sur ceux concernant la grammaire et les lettres ?

Pourquoi ? J’écris avant tout des romans fantastiques pour que les enfants soient pris par le suspens, et qu’ils éprouvent un réel plaisir à tourner les pages.

Même si le contenu pédagogique est essentiel, il doit être intégré dans l’intrigue, et non l’inverse. La dimension ludique peut, je crois, soutenir la compréhension et l’apprentissage de la règle expliquée par l’enseignant. Je n’ai pas d’autre prétention.

 

Quelle évolution souhaitez-vous donner à vos livres ?

Plusieurs collections se dessinent déjà : la découverte de pays faisant suite à l’aventure à Tokyo, l’exploration fantastique de disciplines scolaires telles que la grammaire et les mathématiques, les métiers, et les animaux. Les champs d’investigations sont nombreux et les enfants ne demandent qu’à s’y aventurer.

J’aimerais aussi développer une collection de romans personnalisés pour adultes, notamment un roman policier humoristique dans une communauté expatriée…

Les idées ne manquent pas, l’envie et l’énergie non plus. Mais la priorité aujourd’hui est à la mise en place de la production : chaque exemplaire unique demande plusieurs heures de travail, et je m’y consacrerai jusqu’à Noël. Je répondrai ensuite aux demandes les plus pressantes : l’écriture des livres qui portent sur la grammaire. Nombreux sont les parents qui réclament le roman sur les conjugaisons alors qu’il n’est encore qu’à l’état embryonnaire.

 

Combien de temps avez-vous passé sur l'écriture ?

L’écriture du roman en elle-même est rapide mais elle a été précédée d’une phase de documentation de plusieurs mois. Il m’a fallu quelques semaines seulement pour produire une première version de l’aventure à Tokyo, quelques jours pour le roman sur les lettres disparues.

Mais ce n’était qu’un début : pour chaque page de roman, j’ai imaginé une illustration qui inclut un jeu, des commentaires culturels, des dessins et des photos, voire une intégration du portrait de l’enfant dans une scène correspondant à l’aventure qu’il est en train de lire.

 

Quelle a été la partie la plus compliquée ?

La phase de mise en page a été particulièrement longue et douloureuse, une véritable gestation. J’ai beaucoup tâtonné avant de trouver les bons choix esthétiques, et pour équilibrer les commentaires culturels et les clins d’œil humoristiques.

 

Qui sont vos premiers critiques ?

Mes enfants sont mes premiers lecteurs. Je fais preuve d’une grande exigence à leur égard, et ils se font un plaisir de me rendre la pareille. Ils testent, contrôlent, critiquent ou approuvent. Leurs remarques me sont précieuses. D’autres regards interviennent aussi sans complaisance : une vingtaine d’adultes et une douzaine d’enfants ont déjà participé au projet.

 

Après Tokyo, où vont voyager les prochains lecteurs ?

À Hong-Kong, évidemment. C’est une ville fascinante sur laquelle je commence à avoir une documentation intéressante. Après, je pourrai proposer des voyages dans d’autres villes comme Sydney, New York ou Bangkok. L’expatriation permet d’avoir des amis prêts à parler de leur pays d’accueil un peu partout dans le monde… tout dépendra du succès des premiers romans.

 

Nom du site : www.ubiquite-editions.com

Adresse email : contact@ubiquite-editions.com